Ouagadougou: les élèves du Marien N’Gouabi dans la rue

Le torchon brule entre les élèves du Marien N’gouabi et l’administration. Et pour cause l’administration a demandé aux élèves de payer une cotisation de 1000 frc avant d’avoir accès à leur numéro PV pour la tenue des examens de fin d’année

Très tôt ce lundi matin les élèves suspendent les cours et protestent. Selon le porte-parole des manifestants, Alexandre Abdoul Kader Konkobo, élève en classe de terminal D, le mouvement est relatif à une crise qui touche les classes d’examens.

« Depuis novembre 2015, l’Association des parents d’élèves (APE) nous a adressé une note nous demandant une contribution de 1000FCFA pour l’achat d’une imprimante et la réfection d’une partie  défaillante du mur du lycée. Vu la lenteur dans le paiement de ladite cotisation l’APE est passée à la vitesse supérieure en exigeant que les élèves s’exécutent avant de rentrer en possession de leur bulletin de fin de trimestre. A notre grande surprise, la pression est passée du bulletin aux numéros PV des examens et concours. L’APE, en collaboration avec l’administration a sommé les élèves de la classe de 3e de payer les 1000 FCFA avant d’entrer en possession des numéros PV. Or, nous sommes à 24heures des épreuves sportives pour les élèves de la classe de 3e. Nous pensons que pour une question de 1000 FCFA, l’APE ne doit pas s’ingérer dans des questions administratives », s’est-il indigné.

Pour Baudile Hien, président de l’Association des parents d’élèves du Lycée Marien N’Gouabi, c’est au regard des moyens limités de l’APE pour faire face aux difficultés  de l’établissement que les parents ont décidé, lors de leur assemblée générale au mois de novembre 2015, en commun accord, d’initier une cotisation de 1000 FCFA par élève afin d’acheter une imprimante et reconstruire une partie du mur du lycée qui est défaillante. « Sur les 3000 élèves que compte le lycée, nous nous sommes retrouvés avec environ 300 élèves qui s’étaient exécutés. Au niveau de l’administration, ils ont trouvé un moyen pour sensibiliser les parents lorsqu’ils venaient récupérer les bulletins de leurs enfants. La plupart du temps, les uns et les autres s’acquittaient sans difficulté. A l’approche de l’examen, l’administration a estimé qu’il y a un autre moyen pour permettre d’avoir gain de cause. Donc au niveau des 3e, elle a demandé aux enfants de venir payer pour prendre leurs numéros. La plupart des élèves se sont exécutés sauf quelques-uns qui restent toujours réfractaires à la mesure», a soutenu Baudile Hien.

Quant au censeur du lycée Marien N’Gouabi, Claudia Ouédraogo que nous avons pu rencontrer et qui a reçu les élèves, il y a eu des dérives en retenant les numéros PV des élèves pour qu’ils paient la cotisation. « Cette décision de l’administration est due au fait que l’intendance du lycée avait préfinancé l’APE qui a complété avec son fonds de fonctionnement pour acheter la machine par anticipation. Maintenant la question qui se posait c’est comment faire pour avoir ce fonds de fonctionnement ? C’est pourquoi cette décision a été prise, mais malheureusement, il y a eu des dérives », a-t-elle justifié.

Notons que les PV des élèves en classe d’examens leurs ont été remis dans la journée de lundi.

Avec le quotidien




Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *